Connectez-vous dès maintenant pour consulter ou éditer vos données personnelles ou payer votre réservation

L'Espagne :
1 circuit à découvrir

LES IMMANQUABLES

MADRID
Au cœur du pays, à presque 650 m d’altitude, ce qui fait d’elle la capitale la plus élevée d’Europe, Madrid possède des charmes variés, à découvrir dans les différents quartiers de son centre historique. Si la présence arabe et le Moyen Age ont laissé peu de traces dans la ville, la capitale a conservé un riche héritage du règne des Habsbourg.
Plus vivante que jamais !
 
- La Plaza Mayor
Avec ses harmonieuses façades et ses arcades, la Plaza Mayor est sans doute la plus emblématique de Madrid. Au fil du temps, elle a vu passer d’innombrables fêtes, des évènements historiques, mais aussi des corridas et de sévères pénitences publiques imposées par la terrible inquisition. Avant de devenir cette place somptueuse, la Plaza Mayor accueillait un grand marché.
C’est l'architecte Juan Gómez de Mora qui lui a donné son aspect actuel au début du XVIIe siècle, en harmonisant les façades dans le style baroque. Une statue équestre de Philippe III occupe le centre. Imaginée par Juan de Bolonia, mais achevée par Pietro Tacca, elle a d’abord orné l’entrée de la Casa de Campo. Cédée à la ville par la reine Isabelle II en 1848, elle a été déplacée sur la Plaza Mayor. Autour de la Plaza Mayor, les rues de la Vieille ville offrent d’autres façades superbes et des arcades pleines de charme. 
 
- La Puerta del Sol
La Puerta del Sol est la place sur laquelle les madrilènes aiment se réunir pour les grandes occasions, notamment lors du jour de l’an. Elle tient son nom de Porte du Soleil de l’ancienne porte fortifiée qui gardait l’accès à la vieille ville. Elle sera démolie au XVIe siècle, avec les remparts qui l’entouraient. En visitant la place perpétuellement animée, on pourra voir la statue équestre de Charles III, la façade rouge et blanche de la Casa de Correos qui abrite le siège de la Communauté autonome de madrid, ou la marque du kilomètre zéro des routes espagnoles.
Les rues qui partent de la place sont elles aussi commerçantes et animées. A proximité de la Puerta del Sol, il ne faut pas manquer la Plaza de la Villa, pour admirer la façade gothique mudéjar de la Casa-Torre de los Lujanes, la façade plateresque de la Casa de Cisneros, et la façade baroque de la Casa de la Villa. Les trois se marient admirablement.
 
- Le Palacio Real
Le Palacio Real fut la demeure des rois d’Espagne depuis Charles III jusqu'à Alphonse XIII. Un autre palais l’a précédé, mais il est parti en fumée lors du grand incendie de 1734. C’est le roi Philippe V qui fera édifier le nouveau palais. Il faudra sept ans aux architectes Filippo Juvara, puis à son disciple, Juan Bautista Sachetti, pour achever les travaux, et ce n’est pas le commanditaire du château, mais son successeur Charles III qui en prendra possession. Les monarques suivant apporteront leurs touches.
Le visiteur d’aujourd’hui pourra d’abord observer sa grande façade depuis la grande Plaza de la Armeria, également bordée par la cathédrale de la Almudena et par le récent Musée des Collections royales, à l’architecture très contemporaine. Ceux qui pénétreront à l’intérieur en empruntant son majestueux escalier monumental découvriront le Salon du Trône au plafond orné d’une fresque de Tiepolo, le salon des Colonnes destiné aux grandes fêtes, les appartements privés du roi, la Chapelle Royale et sa collection d'instruments à corde, la Pharmacie Royale, qui cache toujours ses les plantes médicinales dans des récipients en céramique…
 
- Le Paseo del Arte
Du côté des musées d’art, c’est l’opulence, notamment le long du Paseo del Arte, la Promenade de l'Art qui porte magnifiquement son nom. Sur moins d'un kilomètre, on peut y visiter trois musées majeurs. Le célèbre Musée du Prado possède la plus grande collection au monde de peintures espagnoles. On peut y admirer notamment les célèbres Ménines de Velasquez, comme les toiles du Greco et de Goya. La peinture italienne est elle aussi très bien représentée. Le Musée Reina Sofia est tout aussi espagnol, mais plus contemporain. On peut y voir le Guernica de Picasso, mais aussi des œuvres de Salvador Dalí, de Juan Miró ou de Juan Gris.
Le Musée Thyssen-Bornemisza est consacré à la peinture européenne du Moyen Âge à la fin du XXe siècle. On peut y voir des peintres de l'école primitive flamande comme Jan van Eyck et des impressionnistes comme Claude Monet, en passant par Gauguin, Van Gogh, Dürer… Les chefs-d’œuvre de la peinture ne sont pas les seuls à remplir les musées. Madrid possède aussi un Musée d’archéologie nationale totalement rénové, un Musée de l'Amérique qui présente l’art précolombien, un Museo Naval qui retrace la riche histoire maritime de l'Espagne…
 
- Le Parque del Buen Retiro
En plein centre ville, le Parque del Buen Retiro est tout indiqué pour fuir les chaleurs intenses. Ce grand parc de près de 120 hectares tracé au XVIIe siècle était autrefois la propriété des rois d’Espagne. En se promenant dans les allées, on découvrira le grand bassin rectangulaire et la monumentale statue équestre du monument dédié à Alphonse XII, le Palais de Cristal, le Fontaine de L'ange Tombé et les nombreuses statues dispersées sous les arbres.
 
- Gran Vía
Madrid n’a pas que des grandes places à offrir, comme le prouve Gran Vía, la grande artère partagée en trois tronçons et qui s’étale sur 1,3 km, de la calle Alcalá à la plaza de España. Tracée entre 1910 et les années 30, lorsque la ville se modernisait, son parcours résume toutes les tendances architecturales de son époque. Les immeubles Art déco côtoient les édifices Sécession viennoise, néo-mudéjar, haussmanniens…
L’Edificio Metrópolis, l’Edificio Telefónica, l’Edificio Capitol ou le cinéma Callao sont quelques uns des immeubles à ne pas manquer. Quelques bâtiments antérieurs ont été préservés, comme l’Oratoire de Caballero de Gracia et l’église de San José, ce qui ajoute à son charme. Des commerces, des bars et des restaurants participent à son animation perpétuelle.
 
- Toujours à Madrid on peut aller voir la Plaza de Cibeles, ornée de son impressionnante fontaine construite en 1782 et devenue l'un des emblèmes de la ville, ou le monastère royal de la Encarnación, fondé en 1611 par la reine Marguerite. Du temps de la monarchie des Habsbourg, il reste quelques magnifiques édifices, comme la Casa de la Villa, la Tour des Lujanes ou la Casa de los Cisneros. On ira aussi admirer la monumentale Puerta de Alcalá au centre de la Plaza de la Independencia.
Pour goûter d’autres ambiances, on peut fréquenter El Rastro, sur la place de Cascorro et dans les rues du quartier de la Latina. Le dimanche et les jours fériés s’y tiennent le grand marché aux puces de Madrid. Il est aussi de tradition d’y prendre l’apéritif, dans les nombreux bars du coin. Les amateurs de football ne manqueront pas de se rendre au Stade Santiago Bernabéu, où les stars du Real font rêver les madrilènes ! Les amateurs de corridas se rendront aux Arènes de Las Ventas, dans le quartier de la Guindelera, pour visiter le musée de la tauromachie et découvrir l’histoire de ce grand édifice néo-mudéjar couvert de carreaux de faïence peints à la main.
Et pour une vision panoramique de la ville, il faut se rendre au Faro de Moncloa planté au cœur de la Cité universitaire. A environ 100 m de haut, toute la ville se dévoile à travers les grandes baies vitrées de cet ancien phare construit en 1992, lorsque Madrid fut désignée Capitale Européenne de la Culture.
 

TOLÈDE
A seulement 70 kilomètres de Madrid, Tolède a été la capitale de l’Espagne jusqu’en 1563. C’est aujourd’hui la capitale de la région Castille-La Mancha. Tolède, c’est surtout la ville la « ville aux trois cultures », celles où cohabitèrent pacifiquement chrétiens, arabes et juifs. Bâti sur une colline qui domine le Tage, l’imposant Alcázar qui couronne la ville en est le magnifique symbole.
L’imposante forteresse arabe encadrée de quatre tours s’est transformée en résidence au XVIe siècle par la volonté de Charles Quint. Elle a pourtant conservé sa vocation militaire et vu se dérouler de nombreux combats jusqu’au XXe siècle, puisque les forces républicaines et les miliciens s’y sont affrontés lors du siège de l’Alcázar qui s’est déroulé en juillet 1936.
 
Entourée de puissantes murailles la vieille ville a conservé son labyrinthe de ruelles hérité du Moyen Age. On y découvre notamment la Cathédrale Sainte-Marie, chef-d’œuvre de l’art gothique espagnol qui abrite des toiles du Greco, du Caravage, de Vélasquez et de Goya. Les richesses de Tolède ne s’arrêtent pas à ces deux édifices majeurs. Il faut aussi aller voir l’Église Santo Tomé, pour son splendide clocher, parfait exemple de l’art mudéjar, et pour le chef d’œuvre du Greco qu’elle abrite.
Bâti au cours du XVe siècle en souvenir de la bataille de Toro, le Monastère de San Juan de los Reyes est un splendide exemple du style gothique isabélin et mérite la visite au moins pour son cloître à deux niveaux. La Judería, l’ancien quartier juif magnifiquement conservé, le quartier des couvents, la Maison-Musée du Greco, le Couvent de San Clemente et quelques autres merveilles encore ont valu à Tolède d’être classée au patrimoine de l’humanité par l’Unesco. 
 

 
L’ANDALOUSIE
Au sud du pays, l’Andalousie est peut être la plus célèbre des dix sept communautés autonomes du pays, assurément la plus fascinante. Frontalière du Portugal et de l’Angleterre avec Gibraltar, face à l’Atlantique et à la Méditerranée, l’Andalousie ensoleillée se découvre au son du flamenco, en humant une belle odeur de fleur d’oranger. L’Andalousie, c’est l’âme de l’Espagne !
 
 
SÉVILLE
Sur les rives du Guadalquivir, Séville aurait été fondée par Hercule il y a 3 000 ans. Ce n’est probablement qu’une légende. Ce qui est certain, c’est que Séville possède l’essence du charme andalou ! En plus de l’Alcázar et de la Cathédrale, ses deux édifices majeurs, la capitale de l'Andalousie a 1001 secrets à découvrir.
 
- L’Alcázar
En onze siècles d’existence, l’Alcázar Royal de Séville s’est enrichi de nombreux joyaux. Aux origines on trouve une fortification romaine reprise par les Wisigoths. L’édification d’un palais fortifié débute à partir de 712 après la conquête de Séville par les Maures. Perpétuellement remodelé au fil de l’histoire, le style islamique des débuts s’est enrichi d’ajouts mudéjars et gothiques, renaissances et baroques. Après avoir franchie l’épaisse muraille arabe du XIIe siècle, la découverte de ce magnifique ensemble classé au patrimoine de l’Unesco se fait en déambulant de patio en patio. Depuis le Patio del Léon, on ira voir les incroyables stucs de la Sala de la Justicia, puis le Patio del Yeso qui provient d’un palais Almohade disparu. Le Patio de la Monteria permet d’accéder au Salon del Almirante qui expose de magnifiques éventails, des tapisseries et une belle collection de tableaux. Les intérieurs des palais royaux présentent autant d’intérêt. Le Salon de Embajadores est décoré d’une superbe coupole en bois. Cuarto Real Alto, les appartements royaux toujours en fonction mais ouverts à la visite, on ira admirer le Salon de Audiencias qui date du XVIe siècle, et la Chambre de Pierre Ier, décorée de stucs et de céramiques mudéjars. Le Palacio de Don Pedro, ou Palais mudéjar, est le chef d’œuvre de l’Alcázar. Voulu par Pierre Ier aidé par l’émir de Grenade, ses appartements royaux et ses salons accumulent les richesses. On y découvrira aussi le somptueux Patio de las Doncellas, entouré sur deux étages d’arcs de stucs finement décorés et d’azulejos.
Dans le Barrio de Santa Cruz où se trouve l’Alcázar, on se promènera aussi dans les ruelles, pour découvrir les patios fleuris et les grilles ouvragées des maisons de l’ancien quartier juif. Une visite de l’Hospital de los Venerables est fortement conseillée, pour découvrir ce magnifique édifice baroque, et les toiles de Vélasquez et de Zurbarán qu’il expose.
 
• La Cathédrale et la Giralda
Immense et grandiose : ces qualificatifs s’imposent pour désigner la Cathédrale gothique de Séville, l’un des plus grands édifices du monde chrétien. Construite à l’emplacement de la mosquée almohade en un siècle à partir de 1402, elle recèle d’innombrables trésors. En se promenant pour découvrir le vaste ensemble, on ira voir la grande Puerta de la Asunción, qui s’ouvre pour laisser passer les célèbres processions de la Semaine Sainte, le Patio de los Naranjos, l’ancienne cour de la mosquée, délicieusement parfumée par ses 66 orangers. Il ne faut pas manquer non plus le Tombeau de Christophe Collomb, dont le corps fut déplacé quatre fois avant de reposer à Séville, sans qu’on sache si c’était réellement celui du célèbre découvreur. Dans la Capilla Mayor, on ira admirer le millier de scènes bibliques sculptées sur son immense  retable gothique, la coupole de pierre sculptée avec finesse de la Sacristía Mayor et les nombreux trésors exposés dans la Sala del pabellon et dans la Sacristía de los Cálices
 
- La Giralda
Jouxtant la Cathédrale, la Giralda, le clocher haut de plus de 100 m, fut l’ancien minaret de la mosquée construite au XIIe siècle. Le sommet, accessible par des rampes sans marches, permet d’admirer la cathédrale et la ville. La grande girouette en bronze qui orne le sommet est à présent le symbole de Séville.
 
- El Centro
Le centre de Séville est parcouru de petites ruelles délicieuses, parfois très commerçantes, comme la Calle Sierpes. Le quartier propose aussi son lot de lieux intéressants. Séville ne serait pas Séville sans la danse et la musique andalouse. Pour tout savoir sur le Duende, il faut visiter le joli Museo del Baile Flamenco. La Casa de la Memoria, le centre culturel dédié au flamenco est l’autre belle adresse pour s’initier. On pourra ensuite mieux apprécier les spectacles donnés dans les peñas et dans les tablaos, où se produisent les meilleurs artistes de la ville. Toujours dans le centre, on pourra aussi découvrir le Museo de Bellas Artes, qui occupe un ancien couvent, la superbe Casa de Pilatos, qui mêle allègrement les styles architecturaux, ou le très contemporain hôtel Metropol Parasol qui déploient ses formes ondulante sur la Plaza de la Encarnación.
 
- Pour une visite plus complète de Séville, on ira aussi sur l’Isla de la Cartuja pour ses diverses attractions et dans le quartier de Triana, sur la rive ouest, pour son atmosphère authentiquement sévillane. Même si vous n’aimez pas la corrida, il ne faut pas manquer les superbes arènes de la Real Maestranza de Caballería, édifiées entre le XVIIIe et le XIXe siècles dans le quartier d’El Arenal. C’est aussi là que se déroule la célèbre Feria de Abril.
 

 
GRENADE
Grenade fut le dernier bastion des maures en Espagne. Ils en furent les maîtres à partir de 711, après l’avoir prise aux Wisigoths. Ils durent la quitter en 1492, après la conquête de la ville par les chrétiens. Avec les montagnes enneigées de la Sierra Nevada qui assurent une fasteuse toile de fond, Grenade n’a pas fini de fasciner ses visiteurs. 
 
- L’Alhambra
Au sommet de la colline de la Sabika, la Citadelle Rouge a commencé à exister à partir de l’an 900. Elle prendra de l’ampleur en 1237, lorsque Mohammed ben Nazar, le fondateur de la dynastie des Nasrides y installe sa cour et fortifie les lieux. Au début du XIVe siècle Mohammed III se fait bâtir une belle résidence d’été, le Generalife qui se visite toujours aujourd’hui. Durant le même siècle, d’autres palais nasrides verront le jour, comme le Mexuar, où l’on peut admirer la cour et la tour de Machuca, la salle du Mexuar décorée d'un lambris d’azulejos, et qui abritait le tribunal royal et la cour de la Chambre dorée, où le sultan accordait ses audiences. Le Palacio de Comares est aussi l’œuvre des bâtisseurs nasrides. On le visite pour découvrir la cour des Myrtes, la salle de la Barque, la salle du Trône et le Hammam. Dans le Palais des Lions, on découvre le Mirador de Lindaraja, où l’art décoratif nasride donne toute sa mesure. C’est aussi le palais qui abrite le célèbre Patio de Los Leones, la cour ornée d’une fontaine décorée de douze lions, qui représenteraient les douze tribus d’Israël. A partir de 1527, ce sont les chrétiens qui se sont chargés d’embellir encore l’Alhambra. Ils édifièrent le Palacio de Carlos V, le palais Renaissance voulu par Charles Quint et imaginé par l’architecte Pedro Machuca. Très différent des palais mauresques précédents, le palais carré abrite une étonnante cour ronde cernée de colonnes. On peut aussi y découvrir des musées et des églises. En plus de toutes ces splendeurs, le visiteur pourra découvrir de somptueux jardins et bien des merveilles encore.
 
- L’Albaicin et Sacromonte
L’Alhambra s’admire aussi de loin, par exemple depuis le quartier de l’Albaicín, qui occupe la colline d’en face. Resté musulman après la reprise de la ville par les chrétiens, le quartier se visite en flânant, pour profiter de ruelles étroites, de ses petites maisons blanchies à la chaux, et de ses petites places parfumées et des nombreux vestiges de l’enceinte fortifiée qui entoura Grenade. On y découvrira quelques édifices dignes d’intérêt, comme l’église de la Colegiata del Salvador, sur la Plaza del Salvador ou le superbe Palacio de Dar-al-Horra. Arrivé au sommet de la colline, le Mirador San Nicolás assure une vue fabuleuse sur les environs. Dans la foulée, on peut continuer la visite en parcourant le Sacromonte. Quartier des gitans et du Flamenco, Sacromonte est aussi fameux pour ses maisons troglodytes creusées dans la colline crayeuse.
 
- Capilla Real
Proche de la Cathédrale de l'Incarnation, qui fut la première église Renaissance de Grenade, on ira voir la Chapelle royale construite sur l'ordre de Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille.  Ce magnifique édifice du gothique isabélin sert de mausolée aux rois catholiques enfermés à jamais dans de simples cercueils de plomb. Un petit musée se visite dans la foulée, pour admirer quelques objets royaux et des toiles de Botticelli et des maîtres flamands.
 
- Basilica San Juan de Dios
Il faut s’éloigner un peu du centre pour découvrir cette basilique baroque au décor d’une incroyable exubérance. Les reliques de San Juan de Dios y sont conservées dans une petite chapelle.
- Les charmes de Grenade ne s’arrêtent pas là. Pour découvrir un peu plus la ville, on ira visiter un bel exemple du baroquisme andalou au Monastère de Cartuja, sur l’île du même nom, ou le Carmen de los Mártires, le vaste édifice entouré de magnifiques jardins, sur le Campo de los Mártires. Sur la Plaza Alonso Cano, dans le centre historique, on ira voir le Palais épiscopal à la belle façade ocre. On ira aussi voir les Tours Bermejas, l’une des plus anciennes constructions de la ville, avec un ensemble composé de trois tours et d'un bastion d'artillerie qui surplombe le quartier Realejo.  Il faut aussi visiter le marché Alcaicería, qui fut à l’origine la foire à la soie mauresque et qui est aujourd’hui un bazar aux allures de souk. A quelques minutes du centre historique, le Musée-Parc des Sciences abrite un planétarium, un observatoire et un musée des sciences. Sa Tour d’Observation offre un magnifique panorama.
 

 
CORDOUE
Les romains, les wisigoths, les maures et les juifs ont eu la possession de Córdoba, qui fut la capitale de l’Espagne mauresque pendant deux cent cinquante ans. Les trois cultures chrétienne, juive et musulmane y ont longtemps cohabité, et chacune à laisser de superbes souvenirs de son passage.
 
- La Mezquita
Connue pour ses innombrables colonnes de marbre aux arcs bicolores, la Mezquita, la mosquée-cathédrale, est l’édifice majeur de la ville. Elle justifie à elle seule une visite de Cordoue. Sa construction a débuté en l’an 600 par une basilique chrétienne wisigothe transformée en mosquée en 785, et qui sera agrandie et embellie dans les siècles suivants. Convertie en église sans être détruite après la Reconquista, elle sera encore embellie par les rois chrétiens. Après avoir franchi la superbe Puerta del Perdón, le visiteur découvre le Patio de los Naranjos, la magnifique cour plantée d’orangers et de cyprès, dont les fontaines servaient aux ablutions. Il se retrouve face aux célèbres arches rouges et blanches de la Mezquita. Il en reste 856, mais il y en aurait eu plus de 1000 souvent construites avec des pierres provenant des édifices romains et wisigoths. La visite permet aussi de découvrir les arcades, les mosaïques et les 1001 trésors de la Maqsura et du Mihrab autrefois réservés à la prière des califes. Elle mène aussi aux splendeurs ajoutés par les chrétiens, comme la Capilla Mayor et son retable haut de 20 m ou le Chœur et le maître autel de la cathédrale, ajoutés à partir du XVIe siècle. Le minaret transformé en clocher de 54 m a été longuement rénové et il est à nouveau ouvert à la visite. Il offre un superbe panorama sur la ville et sur l’ensemble de la Mezquita.
Autour de la Mosquée-Cathédrale, il faut arpenter les ruelles et les placettes pour découvrir les maisons blanches aux patios fleuris. L’Alcázar des rois chrétiens de Cordoue est également proche de la Mezquita. Construit par les chrétiens, il n’en a pas moins été bâti dans le style mauresque. Ouvert à la visite, on peut profiter du panoramique des deux tours, se promener dans les bains maures construits sous Alphonse XI et dans les jardins.
 
- La Judería
La Judería fut le quartier juif de Cordoue du Xe au XVe siècle. Il abritait de nombreux philosophes et des poètes. Il faut se promener dans les rues du quartier blanc pour humer les géraniums qui poussent dans l’étroite Calleja de las Flores. On peut aussi visiter le Musée de Tauromachie, la Synagogue et la Casa de Sefarad, le Souk et la Maison-musée Ramón Garcia Romero, l’artiste qui travaillait somptueusement le cuir repoussé, l’artisanat traditionnel de Cordoue.  
 
- Le Pont Romain
Le Pont Romain à 16 arches qui traverse la rivière Guadalquivir relie le quartier du Campo de la Verdad à celui de la cathédrale. Construit par les romains au Ier siècle, il a été souvent remanié au cours de l’histoire, à l’époque des maures comme après la Reconquista. Les puissantes tours défensives situées aux extrémités datent de l’époque musulmane. Les abords du pont méritent aussi une promenade, pour découvrir les bois parsemés de moulins de la Albolafia.
 

 
PALMA DEL RIO
Dans un décor de champs fertiles où les espagnols cultivent des agrumes et du coton, à quelques kilomètres de Cordoue, près du confluent des rivières Guadalquivir et Genil, la petite ville de Palma del Río mérite une visite. On visitera sa belle Place d'Andalucí­a et son Palais Portocarrero bordé de jardins hispano-mudéjars. Les églises Nuestra Señora de la Asunción et San Francisco sont elles aussi dignes d’intérêt. Le célèbre torero El Cordobés est né à Palma, et un musée lui est consacré. L’ancien Monastère du XVe siècle a été transformé en un agréable hôtel.
 

RONDA
Celtes, Phéniciens, Romains et Arabes ont d’abord occupé ce site exceptionnel, avant que les rois Catholiques ne s’en emparent en 1485, lors des guerres de Grenade. La ville connaîtra son plein essor entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Aujourd’hui comme dans l’Antiquité, le visiteur ne peut qu’être impressionné par El Tajo, la spectaculaire gorge rocheuse, profonde de 100 m, qui sépare la Ciudad, la partie la plus ancienne et El mercadillo, le petit marché, plus récent mais plus grand. Trois ponts permettent de passer d’une partie à l’autre de la ville.
Conçu par l'architecte José Martin de Aldehuela, le Puente Nuevo construit à partir de 1751 mais achevé quarante-deux ans plus tard, est assurément le plus spectaculaire. Comme Orson Welles, Alexandre Dumas ou Ernest Hemingway l’ont fait avant vous, vous découvrirez de part et d’autre de la gorge l’église Santa María la Mayor qui fut autrefois une mosquée, la Plaza de Toros, les prestigieuses arènes de Ronda vieilles de deux siècles, le Palais de Mandragon édifié au XVe siècle dans le style mudéjar et qui abrite aujourd’hui le Musée de la Ville, la superbe façade du Palais du marquis de Salvatierra, les Bains Arabes et les autres richesses de Ronda la belle.
 

Ailleurs en Espagne
Les charmes de l’Espagne ne s’arrêtent pas à la Castille et à l’Andalousie. De St-Jacques de Compostelle à Barcelone, de Bilbao à Valence en passant par Salamanque et Saragosse, toute l’Espagne continentale mérite une découverte. On y ajoutera l’archipel des Baléares en Méditerranée, et celui des Canaries, côté Océan Atlantique.

Toutes nos destinations de circuits et séjours

Découvrez tous nos circuits et séjours, au départ de 10 grandes villes de Frances, Belgique et Suisse à destination des plus beaux pays d'Europe.

Un service à votre écoute

par téléphone

du lundi au vendredi de 9h à 19h

et le samedi de 9h à 18h

Numéro téléphone

par e-mail

24h/24, 7j/7

info@plusbelleleurope.com

Une expertise reconnue

Spécialiste des voyages organisés en Europe avec un vrai savoir faire

La satisfaction client

+ de 65000 clients nous ont déjà fait confiance

La qualité garantie au meilleur prix

Grâce à une sélection rigoureuse de nos prestataires

Des prestations exclusives

Un service haut de gamme au service de votre expérience

UNE MUTLITUDE D'ITINÉRAIRES

En circuits accompagnés ou en voyages sur-mesure Au départ des plus grandes villes de France, Belgique et Suisse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus sur leur utilisation et leur paramétrage cliquez ici
OK