Connectez-vous dès maintenant pour consulter ou éditer vos données personnelles ou payer votre réservation

LES IMMANQUABLES

BUDAPEST
La « Perle du Danube » a vu le jour officiellement le 17 Novembre 1783, après l’unification des villes de Buda et d’Obuda sur la rive droite, et de Pest, située sur la rive gauche. Meurtrie par les nazis et par l’époque communiste, la capitale hongroise a su remettre en valeur toute la richesse de son patrimoine millénaire.
 
• Le Château de Budapest
Sur la colline de Buda, dans une position stratégique idéale, le château de Buda domine toujours la ville. Les ottomans comme la deuxième guerre mondiale auraient pourtant pu lui être fatal. Détruits et endommagés à plusieurs reprises au cours de l’histoire, le Château de Budapest a retrouvé la plus grande partie de sa splendeur. On s’en rendra compte en découvrant par exemple Sandor palota, le palais néoclassique du comte Sandor devenu lieu de résidence officielle du président de la République. On peut aussi découvrir les trésors exposés au Château, notamment ceux de Magyar nemzeti galéria, la Galerie nationale hongroise, riche d’une incroyable collection de tableaux, de dessins et de sculptures produit par les artistes hongrois au fil de l’histoire. La visite semble inépuisable. Il faut aussi assister à midi à la relève de la garde, aller admirer le grand portail décoré aux armes de l’empereur François-Joseph, voir  l’architecture du théâtre et de la Bibliothèque nationale hongroise, un peu excentrée, mais qui mérite le détour. Avec tant de richesses, l’ensemble du quartier du château est naturellement inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.
• Várnegyed, le vieux quartier du château complète logiquement la promenade, au moins pour déambuler dans Úri utca, la Rue des Seigneurs, et découvrir ses superbes demeures baroques.
 
Deux autres édifices sont à ne pas manquer :
 
- L’Eglise Saint-Matthias
Près de la statue équestre du roi Etienne, dans l’enceinte des fortifications du château royal, l’Eglise Saint-Matthias (Mátyás-templom) a vu se dérouler bon nombre des grandes pages de l’histoire hongroise. Dès 1255, le roi Bela IV avait construit à son emplacement une première église. Transformée en édifice gothique, elle sera à nouveau remanié par Mathias Corvin, couronné en ces lieux, qui en fera une vaste église Renaissance. Incendiée par les ottomans en 1541, puis transformée en mosquée lors de la longue occupation turque, ce qui restait de l’église sera détruit par les Habsbourg lors de la reconquête de la ville. Cette fois, c’est une église baroque qu’ils firent construire. Déjà bien agitée, son histoire aurait pu s’arrêter là, mais elle a connu un nouvel épisode après 1874, lorsque les hongrois ont décidé de lui rendre une partie de son allure d’origine, notamment son plan du 13e siècle. Les fresques qui décorent l’intérieur de l’église racontent les légendes magyares et la vie des saints.
 
- Le Bastion des Pêcheurs
A proximité de l’église Mathias, le Bastion des Pêcheurs (Halászbástya en hongrois) a été achevé en 1902 par l’architecte Frigyes Schulek, pour célébrer le millénaire de l’arrivée d’Árpád et des tribus Magyars sur la terre de ce qui allait devenir la Hongrie. Malgré ses allures de forteresse, le bastion n’a jamais joué de rôle militaire. Ses 7 tourelles aux formes coniques évoquent les tentes des 7 tribus Magyars d’Arpad. Mais plus que pour son histoire ou son architecture, c’est le panoramique qui attire les visiteurs : de l’île Marguerite jusqu’au Parlement, en épousant les méandres du Danube, le regard embrasse tout Budapest !
 
• Le Parlement de Budapest
Côté Pest, le long du Danube, Országház, le Parlement de Budapest, est un autre monument iconique de la capitale hongroise. On ne peut pas la manquer, avec son grand dôme de 96 m et sa façade de style néogothique longue de 268 m. Imre Steindl, son architecte, est allé puiser son inspiration du côté de Londres, et son édifice n’est pas sans rappeler le Palais de Westminster. Achevé après 17 ans de travaux, l’intérieur est à la démesure de l’extérieur. L’immense édifice compte environ 700 pièces, 10 cours intérieures, une trentaine d’escaliers pour 20 km de marches, plus de 250 sculptures… Depuis 1902, il accueille le siège de l’Assemblée nationale. Il est aussi ouvert à la visite. On pourra découvrir son impressionnant escalier d’honneur, les fresques de Károly Lotz, la grande salle de la coupole… Dans le hall hexadécagonal (c’est à dire à seize côtés), soigneusement surveillée, on peut admirer la Couronne de Saint Étienne, le symbole de la monarchie hongroise qui porte le nom d’Etienne en référence au premier roi de Hongrie. Une promenade dans le quartier permet de faire d’autres découvertes, comme le bâtiment de la Cour Suprême, Üvegház, la Maison de verre, ou encore Postatakarékpénztár, l’ancienne Caisse d'épargne de la poste signée Ödön Lechner, superbe exemple du style Sécession. Par contre n’espérez pas visiter, Néprajzi Muzeum, le Musée ethnographique. Il est actuellement fermé avant son déménagement.
 
• Le Pont des Chaînes
Entre les deux rives, le célèbre Pont des Chaînes, qui relie Buda et Pest est l’un des symboles de la capitale hongroise. Son nom local est Széchenyi lánchíd, pour rendre hommage au conte István Széchenyi, « le plus grand Hongrois », et l’initiateur du projet. Sa construction a débutée en 1839, pour s’achever 20 ans plus tard. Long de 360 m, ce pont suspendu supporté par deux tours fut un bel exploit technique en son temps. Il rendit un grand service aux habitants puisqu’avant lui, le Danube se traversait en bateau, ou en empruntant le peu pratique pont constitué d’une cinquante de bateaux attachés entre eux par des chaînes. Le pont actuel n’est cependant pas l’original. Les troupes allemandes ont en effet fait exploser tous les ponts de la ville durant la dernière guerre. Celui-ci date de 1949, soit un siècle exactement après l’inauguration du premier. On peut le traverser et l’admirer à toute heure, mais la nuit est particulièrement recommandée, pour profiter des illuminations du Château de Buda en arrière plan.
 
• La Place des Héros
Côté Pest, la Place des Héros (Hosök tere) située à  l’extrémité de l’avenue Andrássy est une visite incontournable. On y verra le monument du millénaire, qui occupe le centre de la place depuis 1896, pour commémorer le millénaire de l’arrivée des tribus magyares dans le bassin des Carpates. La grande colonne de 36 m est surmontée d’une statue de l’archange Gabriel. Les imposantes statues équestres posées sur son socle représentent Árpád, le premier duc de Hongrie qui régna de 896 à 1301, et les six chefs des tribus Magyares. La place des héros est bordée par deux grands musées. Szépmuvészeti Múzeum, le Musée des beaux-arts, a été construit à l'occasion des Festivités du Millénaire de 1896. Ses collections sont réparties en six départements : Égypte, Antiquité, galerie des sculptures anciennes, galerie des peintures anciennes, collection moderne et collection des dessins. On peut y admirer notamment des toiles de Velasquez, de Goya, de Brueghel, de Véronèse et du Tintoret. En face, Mucsarnok, la Halle de l'art aux allures de temple grec, date aussi des Festivités du Millénaire de 1896. De grandes expositions d’art contemporain y sont régulièrement proposées. 
A côté de la place, le Városliget, ou Bois de la ville, occupe pas moins de 120 hectares au centre de la ville.
La visite de la Place des Héros permet aussi de flâner sur l’avenue Andrássy, les Champs-Elysées de Budapest qui offrent une belle perspective sur la place des Héros. Entre boutiques et théâtres, on ira voir notamment le magnifique édifice néo-renaissance qui abrite l’Opéra national et d’autres beaux immeubles aux façades ornées de mosaïques, de statues et de frises.
 
• Les Bains thermaux de Budapest sont aussi incontournables lors d’une visite de la ville. Depuis des siècles, les habitants de Budapest profitent des bienfaits des sources d'eau chaude de leur sous-sol. On pourra se joindre à eux en se plongeant dans les eaux thermales des bains de l’hôtel Gellért, superbement décorés de mosaïques et de vitraux colorés, ou dans les célèbres piscines en plein air des bains Széchenyi. Il y a aussi les bains Rudas, les bains Kiraly, les bains Lukács… ce n’est assurément pas le choix qui manque !
 
• Budapest a encore bien des splendeurs à offrir. Pour le plaisir des yeux comme pour faire ses emplettes, on ne manquera pas Központi Vásárcsarnok, le grand marché couvert qui occupe un bâtiment de style néogothique au toit couvert de magnifiques céramiques. Pour une visite plus complète, on peut aussi visiter la synagogue de la rue Dohány, la plus grande d’Europe, ou bien se promener à Szabadtéri Néprajzi, le musée en plein air fondé en 1967 pour faire découvrir le mode de vie et l’architecture des diverses régions du pays. Le visiteur pourra aussi déambuler le long du Corso, la charmante promenade qui circule sur la rive du Danube, visiter la Basilique Saint-Etienne, prendre l’air au jardin botanique de Budapest et dans son zoo ou, dans un tout autre style, se remémorer l’histoire troublée de la Hongrie des années 1940 et 1950 au Musée de la Terreur. Pour une balade alternative, Margit-sziget, l’Île Marguerite est tout indiquée. Au milieu du Danube, c’est le « poumon vert » de Budapest, et les habitants de la capitale aiment profiter de ses grands espaces verts.
 
 
DANS LES ENVIRONS DE BUDAPEST 
• Gödöllo
A une trentaine de kilomètres de Budapest, Gödöllo abrite une merveille : son château baroque et royal, souvent appelé le « Versailles Hongrois » ! L’histoire du palais débute dans les années 1735, lorsque Antal Grassalkovich, l'un des proches conseillers de la reine Marie-Thérèse, se fait bâtir une demeure imaginée par l'architecte András Mayerhoffer. Son fils y fera ajouter le magnifique théâtre baroque qu’on visite encore aujourd’hui. Le Palais deviendra prendra toute sa splendeur à partir de 1867, lorsque l’empereur François-Joseph d’Autriche et l’impératrice Elisabeth (Sissi) en firent leur résidence favorite. Epargné par la Seconde Guerre mondiale, le palais aura toutefois à subir les dégradations de la période soviétique, lorsque le palais sera vidé de son mobilier avant de voir ses salles transformées en écuries. Une première rénovation débutera dans les années 1980. Elle s’est accélérée après le départ des soviétiques en 1990. Depuis cette date, les appartements royaux ont été fidèlement reconstitués, le château et son parc ont retrouvé toute leur splendeur. La petite ville n’a pas que son château à offrir. Si vous avez le temps, vous pourrez découvrir son musée de l'apiculture, sa belle Église de Máriasbesnyo et son Arboretum. Dans les environs, près des lacs qui ponctuent les collines de Gödöllo, le parc équestre de Lázár propose de magnifiques spectacles de chevaux. On peut aussi y déguster une cuisine hongroise typique tout en écoutant de la musique tzigane !
 
• Szentendre
A une petite vingtaine de kilomètres au nord de Budapest, la petite ville de Szentendre (Saint André) est une délicieuse ville d’art et d’artistes. Elle doit son existence à une communauté serbe qui s’était installée dans cette courbe du Danube au 17e siècle, pour fuir les Turcs. Le destin de la jolie ville au style baroque prit un nouveau cours au XIXe siècle, lorsque de nombreux peintres, des sculpteurs, des musiciens et des acteurs vinrent y trouver le calme propice à la création. La plupart d’entre eux résident dans le quartier de Muvésztelep, construit à leur intention en 1929. Tous ensemble, ils assurent une vie artistique intense et organisent régulièrement des expositions, des festivals et des concerts dans les rues de la ville.
 
Visegrád
A quelques kilomètres de Szentendre, sur une petite colline qui domine une boucle du Danube, se dresse la forteresse de Visegrád. Charles Robert de Hongrie y avait installé sa cour dès 1323. Les rois et reines de Hongrie en firent leur résidence aux XIVe et XVe siècles. Ils allaient chasser dans les forêts épaisses des monts Pilis qu’on peut apercevoir depuis la forteresse. Mathias Corvin Ier et sa femme Béatrice d’Aragon ajoutèrent des touches de renaissance italienne à l’austère bâtisse du gothique tardif. L’invasion turque de 1544 viendra mettre un terme à cette glorieuse époque, en ne laissant que ruines de la forteresse. La rénovation entreprise en 1871 et les fouilles menées au début du XXe siècle ont permis d’exhumer de nombreux vestiges et d’en apprendre plus sur le passé du château. Comme le Danube, l’histoire sait tracer de larges boucles : en 1991, après la chute du bloc de l’Est, les chefs d’états de Tchécoslovaquie, de Pologne et de Hongrie sont venus dans la forteresse pour signer une alliance économique connue sous le nom de Groupe de Visegrád. Ils reproduisaient l’alliance signées dans ces même lieux en 1335 par les rois de Hongrie, de Bohème et de Pologne.
 
• Ezstergom
Nichée dans une courbe du Danube, la petite cité d’Ezstergom est dominée par son énorme basilique, la plus grande d’Europe centrale. La taille de la ville ne le laisse pas deviner, mais les rois de la dynastie d’Árpád en avaient fait la première capitale du pays et elle restera résidence royale du XIe au XIIIe siècle. C’est d’ailleurs ici que le premier roi de Hongrie, Étienne Ier ou saint Étienne, fut couronné en l’an 1001. Esztergom est restée le siège de l’archevêché du primat de Hongrie. La ville méritait donc une belle église ! De style néoclassique, l’édifice long de 118 m et large de 40 m a été édifié entre 1822 et 1856. Soutenue par 24 imposantes colonnes, sa coupole dépasse les 70 m. On ira aussi visiter la chapelle adjacente, dédiée à Tamás Bakócz. Avec ses murs de marbre rouge, elle est bien plus ancienne que la basilique, puisqu’elle date du début du XVIe siècle. La ville, qui compte d’autres monuments historiques, est proche de la frontière, et le pont qui traverse le Danube mène en Slovaquie.
 
• Budapest et ses environs ne sont pas les seuls attraits de la Hongrie. D’autres régions du pays méritent une visite, à commencer par les stations balnéaires qui bordent le célèbre Lac Balaton, situé à une centaine de kilomètres de la capitale. Dans l’ouest du pays, en direction de Vienne et de l’Autriche, une halte à Sopron est vivement indiquée. Située près du magnifique lac de Neusiedl entouré de roseaux, la ville a été épargnée par l’histoire et conservé son patrimoine gothique et baroque. Köszeg aussi est proche de l’Autriche, et se visite pour son magnifique château de Jurisics et pour sa place médiévale. A l’est du pays, les amateurs d’œnologie et de beaux paysages iront à Tokaj, où sont produits les célèbres vins. Debrecen, la deuxième ville du pays, est notamment réputée pour sa vie universitaire. Au sud, près de la frontière avec la Croatie, Pécs se visite pour sa superbe place et pour sa nécropole paléochrétienne classée au patrimoine mondial de l’Unesco…
 

Toutes nos destinations de circuits et séjours

Découvrez tous nos circuits et séjours, au départ de 10 grandes villes de Frances, Belgique et Suisse à destination des plus beaux pays d'Europe.

Un service à votre écoute

par téléphone

du lundi au vendredi de 9h à 19h

et le samedi de 9h à 18h

Numéro téléphone

par e-mail

24h/24, 7j/7

info@plusbelleleurope.com

Une expertise reconnue

Leader des circuits en Europe avec un vrai savoir faire

La satisfaction client

+ de 65000 clients nous ont déjà fait confiance

La qualité garantie au meilleur prix

Grâce à une sélection rigoureuse de nos prestataires

Des prestations exclusives

Un service haut de gamme au service de votre expérience

17 fabuleux circuits

Au départ de 10 grandes villes de France, Belgique et Suisse pour découvrir l'Europe